soie

  • la soie de Lyon (2)

    Le velours de soie: il était fabriqué avec une grande tige de métal

    que l'on enfilait à la place de la navette,

    autour de laquelle on passait le fil qui faisait une bouclette,

    que l'on rasait ensuite ou pas selon l'effet voulu.

     

    IMG_0006.jpg

    Les tissus non façonnés étaient imprimés,

    par exemple grâce à la technique de la planche.

     

    P1070104.jpg
    (ça c'est ma mienne, naquenèèère)

    L'imprimeur "tapait le poirier" à la main

    ou avec une masse pour une bonne impression de l'étoffe.

     

    Aujourd'hui la soie lyonnaise s'oriente aussi vers les textiles intelligents:

    - bientôt nous pourrons porter des manteaux éclairants ou des T shirts anti-stress -,

    les textiles techniques:

    si vous avez besoin d'artères neuves, c'est aussi de la soie!

     

    IMG_0004.jpg

    Et puis voilà.

    Pardon si j'ai dit des bêtises,

    pardon si c'est un peu rébarbatif,

    mais franchement,

    le monde de la soie,

    c'est fascinant!

     

    IMG_0001.jpg

    Voilà.

    Je pose les bésicles de prof.

    Récré!

    www.boitemoi.com

     

  • La soie de Lyon

    Quelques mots et images en vrac pour vous dire combien les visites de la maison des canuts

    et du musée des tissus de la bonne ville de Lyon furent intéressantes.

    La soie et Lyon, c'est une longue histoire d'amour.

     

    Je n'ai pas tout retenu,

    mais j'ai adoré me laisser bercer par tous ces termes techniques:

    brocatelle, damas, lampas, ottoman, satin, sergé, taffetas, velours ciselé....

    évoquant des matières et savoir faire somptueux.

     

    IMG_0003.jpg
    La chenille du ver à soie,
    élevée dans les magnaneries,
    nourrie de quantités phénoménales de feuilles de mûrier,
    sécrète en 3 jours et 3 nuits deux fils paralléles d'un kilomètre de long pour former son cocon.
    P1070101.jpg
    Filature: dévidage du cocon.
    La soie grége: matière brute secrétée par la chenille.
    Il faut la débarrasser de son aprêt, le grès,
    pour rendre les teintures possibles.

    La Condition des soies:
    IMG_0007.jpg
    pour la débarrasser de son eau et la commercialiser à son juste prix,
    on la mettait à sécher dans des étuves.

    Le canut: vient sans doute de la canette,
    IMG.jpg
    bobine où l'on enroulait le fil de soie pour la glisser ensuite dans la navette du métier à tisser.
    Les canuts étaient propriétaires de leur(s) métier(s).
    Leurs immeubles avaient une grande hauteur de plafond pour permettre l'installation des métiers.

    Tissu façonné: étoffe dont les dessins étaient obtenus par une opération de tissage
    sur d'immenses métiers à bras,
    métiers jacquard,
    commandés par un système de cartons perforés
    où chaque ligne représentait un passage des navettes.
    IMG_0002.jpg
    IMG_0005.jpg
    Bon je vois bien que tout le monde dort,
    alors je vous fais grâce de la suite jusqu'à demain.