casta

  • je hais l'opéra

    Pour toutes ces soirées assise sur une fesse,

    en proie aux humeurs démoniaques d'un strapontin cacochime,

    pour cette chaleur abominable,

    pour les genoux du voisin de derrière taraudant sans relâche

    mes côtes douloureuses,

    pour ces entractes moites,

    réveillée en sursaut par les tonnerres d'applaudissements,

    pour mes tympans traumatisés

    par toutes ces mégères mourant dix fois vingt fois

    en moins d'une demi-heure,

    pour ces contre ut assassins,

    pour cela et tout le reste,

    il fallait que quelqu'un paye.

    Pas de chance ce fut toi,

    ma Cata.

    Victime expiatoire du devoir musical.

    Tu as payé pour toutes les autres.

     

    P1060706.jpg
    P1060748.jpg

    P1060737.jpg
    P1060705.jpg
    P1060740.jpg
    P1060745.jpg
    P1070266.jpg
    P1070273.jpg

    P1070269.jpg
    P1070270.jpg
    P1070308.jpg
    P1070292.jpg
    P1070299.jpg

    P1070295.jpg

    P1070304.jpg

    P1070311.jpg
    P1070327.jpg
    Et pour clôre l'affaire,
    asseoir ma vilainie,
    mener ma vengeance à son terme,
    il me fallait te trouver une famille d'accueil à la hauteur.
    C'est chose faite.
    Allez hop emballée c'est pesé!
    Je ne te dis pas à bientôt.
    Et même même,
    pour savourer ma vengeance,
    je crois bien que tu vas rester là tout le week end.
    Et toc.
    Purée ça soulage!