bistrot

  • le troquet du tricot

     

    IMG_0004.jpeg

    Le lendemain,

    quand nous avons poussé la porte du troquet,

    nous passant le rideau de perles de main en main,

    on était déjà moins fières.

    De suite on l'a vu,

    trônant sur le carrelage rutilant.

     

    P1070037.jpg

    Philomène avait poussé les tables un peu sur le côté

    pour lui laisser la place de choix.

    - Allez vas y Colette, que j'ai dit à Colette,

    ça mord pas ce machin,

    c'est jamais qu'une aiguille qui va et vient sur un cadran.

    - Pourquoi moi d'abord?

    Vas y toi, qu'elle a dit Colette.

    La Griotte elle mouftait pas,

    mais elle avait pas l'air trop pressée non plus

    d'y grimper sur le bidule.

    On était là comme trois oies

    devant cte machine à pas savoir sur quel pied se mettre.

     

    Quand la Philo nous a vues toutes les trois,

    la mine dans les chaussettes comme si on venait d'enterrer père et mère,

    elle a souri.

    - Bon, a-t-elle dit,

    j'y suis peut-être allée un peu fort pour une première séance.

    Allez n'en parlons plus.

     

    Soulagées on s'est précipitées

    à la table la plus éloignée de la bascule,

    celle aux marguerites,

    et on s'est toutes assises en lui tournant soigneusement le dos,

    à la machine infernale.

    On pensait l'avoir échappé belle!

     

    Mais on a vite déchanté,

    quand la Philomène a déposé sur la nappe

    l'apéritif du jour.

    Une grande bouteille d'eau désespérément plate,

    quatre verres,

    épicétou.

    Même pas l'ombre de la miette d'une cacahuète.

    Un coup à se jeter par la fenêtre.

     

    P1070039.jpg

    www.boitemoi.com

     

     

  • le troquet du tricot

     

    IMG_0003.jpg

    Le régime

    Je sais plus trop comment on en est venues à parler régime,

    si en fait je sais.

    C'est la Colette un jour qui s'est mise à râler

    parce que le bouton de sa blouse,

    le troisième en partant du bas,

    juste là,

    au niveau de la taille,

    elle est sans arrêt obligée de le recoudre.

     

    P1070043.jpg

    A croire qu'il le fait exprès,

    rien que pour lui mettre les nerfs.

    Du coup la conversation a tourné autour des boutons en général,

    qui sont bien moins solides qu'avant,

    surtout les troisièmes en partant du bas,

    là juste là.

    Pi les fils qui font toujours des noeuds.

     

    De fil en aiguille justement,

    tout en douceur comme à son habitude,

    la Philomène a sussuré l'idée que nos ventres rebondis ne sont peut-être

    pas tout à fait pour rien dans nos problèmes.

    Suite à quoi elle a proposé une solution radicale:

    le régime.

     

    Toutes on est partantes, enthousiastes même.

    La guerre est déclarée.

    Les boutons récalcitrants n'ont qu'à bien se tenir.

    Demain à la même heure on se retrouve ici

    pour mettre au point notre plan de bataille.

    Allez, un ti chocolat pour fêter ça.

    Pi un chtouillas de crème,

    de suite ça le fait chanter.

    A la vôtre les filles,

    tiens il me reste de la tarte de midi,

    quetsches et figues du jardin,

    kiken veut une miette?

     

    P1070042.jpg

    www.boitemoi.com

     

  • le troquet du tricot

    La rencontre

     

    Bon ben voilà, c'est fait.

    J'y suis allée.

    Chez la Philomène.

    Au troquet du tricot.

     

    IMG_0003.jpg

    J'ai pas voulu y aller toute seule.

    Y avait aussi Griotte, pi la Colette, mes copines.

    Elles, quand il s'agit de boire un coup,

    elles sont toujours partantes.

    Alors il était sur le coup de six heures,

    on est entrées.

    Y avait personne, que la Philomène derrière son comptoir

    qui astiquait les verres.

    Pi un chat.

    On a choisi la table aux tournesols près de la porte.

    Au fond y a toujours Gudulle la pendule

    qui se balance en regardant le temps.

    Pi le poêle à côté.

    La pauvre Philomène, c'est pas avec ses petits bras

    à elle toute seule qu'elle aurait pu les bouger.

    Bon.

    On a taillé la bavette une bonne heure,

    elle est venue s'asseoir avec nous, c'est ma tournée qu'elle a dit.

    Elle nous a offert un jus de pommes vindiou!

    j'en avais jamais bu d'aussi bon!

    Il vient de mon pays qu'elle a dit,

    garanti 100 % pur bonheur sans pépin.

    Pi pour le faire glisser,

    elle nous a offert deux trois macarons assortis aux couleurs des chaises,

    que c'est pas encore ce soir là

    qu'on a commencé notre régime.

    Tout comme on discutait de ci de là,

    elle nous a dit comme ça:

    Ca vous ennuie si je tricote?

    Ben non qu'on lui a dit.

    Et la vla qui attrape les deux aiguilles

    plantées dans son chignon,

    sort de sa blouse une laine blanche si fine

    qu'on aurait dit de la barbe de nuage,

    et hop clic clic clic clic

    la vla partie à tricoter tout en continuant à discuter.

    Jamais j'ai vu quelqu'un manier les aiguilles aussi vite,

    on aurait dit qu'elle avait au moins six mains à chaque doigt.

    Fascinées qu'on était à la regarder faire.

    D'un coup Gudulle a sonné.

    Ciel me suis-je écriée!

    Et la soupe qu'est même pas épluchée!

    Vite on a pris congé,

    on l'a laissé avec ses aiguilles et son chat.

    Un bien bon moment qu'on a passé là.

    Pour sûr qu'on y retournera.

     

    IMG_0005.jpeg

    www.boitemoi.com