• on part

    P1060822.jpg
    P1060823.jpg
    P1060824.jpg
    P1060825.jpg
    P1060826.jpg
    P1060827.jpg
    P1060828.jpg
    10 dodos....
    pas sûr que je résiste....
    En tout cas  pour le blog vous inquiétez pas,
    la moche kokeshi veille...
    P1060520.jpg
    Bisous.

  • mercredi: fauteuil

     

    P1050618.jpg
    IMG_0015.jpg

    Le problème de Jack, c'est Joseph.

    Pourtant, depuis tout ce temps,

    il aurait dû s'habituer.

    Au début, il avait bien essayé de le dissuader,

    de s'en débarrasser,

    d'accélérer le pas,

    de changer de trottoir quand l'autre le suivait,

    clip clop clip clop

    de sa démarche bancale mais redoutablement efficace.

    Un jour il avait même bifurqué dans une impasse obscure,

    s'était plaqué contre le mur.

    Le dos en sueur, il avait attendu longtemps le clip clop clip clop.

    En vain.

    Sûr de l'avoir semé, il était sorti de l'impasse:

    personne.

    Jack n'osait pas y croire.

    Avait-il réussi?

    A gauche: rien.

    A droite: rien.

     

    P1020153.jpg
    Jack avait repris son chemin,
    le coeur presque léger,
    pas tant que ça d'ailleurs.
    Il avait tourné au coin de sa rue,
    était entré,
    avait refermé la porte derrière lui.
    Il avait grimpé les quatre étages,
    glissé la clef dans la serrure:
    Joseph l'attendait là,
    tranquille.

    Jack avait été si surpris qu'il avait cédé ce soir là,
    juste pour une nuit.
    Mais l'autre se trouva si bien que jamais il ne repartit.

    Et depuis ils cohabitent, tant bien que mal.

    Jack s'est fait une raison,
    a décidé de ne plus s'énerver pour un oui pour un non:
    quand il trouve Joseph vautré dans son fauteuil le soir,
    et que l'autre se pousse à peine pour le laisser s'asseoir;
    quand il doit partir travailler le ventre vide
    parce que Joseph a fini les corn flakes sans en racheter;
    quand il dérape sur les coques de pistaches disséminées sur la moquette;
    quand il doit subir les niaiseries télévisuelles
    que l'autre a décidé de regarder,
    bien campé sur la télécommande...
    P1020151.jpg
    Tout cela,
    Jack a fini par l'admettre,
    de guerre lasse.
    Non.
    Ce qui le gêne vraiment,
    qui le rend quasiment fou,
    ce sont les plumes que l'autre tous les jours laisse au fond de la baignoire.
    Ca c'est insupportable.
    Il y a des limites à tout.



  • les mardis de Lucette

     

    IMG_0002.jpg

    Ma chère lucette,

    J'espère ne pas trop vous effrayer avec le récit de mes jeunes années,

    et surtout ne pas vous dégoûter à tout jamais du mariage.

    Mais vous exigez de moi toute la vérité,

    la voici donc,

    toute nue...

    Epuisée, ereintée par ces maternités,

     

    P1060683.jpg

    j'errais tel un fantôme,

    ne sachant plus à quel sein me vouer.

    Les biberons s'amoncelaient dans les couloirs

     

    P1060684.jpg

    traversés en trombe par des commandos de nurses affolées.

     

    P1060685.jpg
    Jusqu'au jour où...

    Edwige,
    ma douce amie,
    ma confidente,
    peinée de me voir si bas,
    m'entreprit entre quatre zyeux
    P1060687.jpg
    pour me sommer de réagir,
    plaidant pour mes plus belles années
    P1060686.jpg
    qui s'envolaient à tire d'aile
    et me laisseraient bientôt,
    si je ne réagissais pas ,
    à l'état de serpillière à peine digne de récurer les carrelages du palais.
    P1060688.jpg
    Pi mangez
    P1060599.jpg
    ki disaient,
    ça donne la patate ki disaient.
    Tu parles!