• Les T'sh poupées, ça y est

    Juste un mot pour répondre à Anne Sophie (et lui glisser à l'oreille l'air de rien et tout en légèreté que demain ciel! du mois de septembre le premier nous sommes...) Donc Lucette c'est sur de la neige qu'elle glisse. Je lui ai prêté mon couvercle de carottes pour en faire une luge. Un névé, voilà voilà, oublié dans un creux de rocher par son Altesse le Gran Tiver Ki caille.

    P1040075.JPG
    -------------

    Alors ça y est,

    on a été à la

    P1040319.JPG

    avec Lucette.

    Et on a envoyé toutes les T'sh poupées.

     

    C'est Lucette qui a tout fait.

    Bonjour Madame la postière

    P1040336.JPG
    (c'est marrant, ça me rappelle... mais quoi???)
    - Bonjour mon petit, que puis-je faire pour toi?
    - Eh ben voilà, je voudrais envoyer tout ça.
    -
    Alors celle-là, c'est pour Madame
    P1040393.JPG
    Vous pouvez pas vous tromper, devant chez elle il y a un cheval garé.
    Si le chat aboie, en fait vous inquiétez pas, il est pas méchant.
    -
    Celle-là, ça va avec, c'est pour sa fille le chapeau
    P1040395.JPG
    Là elle est pas là mais c'est pas grave,
    Kate elle va lui garder au chaud avec le sac à nain.
    -
    Celle-là, c'est pour
    P1040396.JPG
    tout en sucre.
    Elle a une belle maison dans la montagne, avec des volets.
    -
    Alors celle-là, c'est pour
    P1040397.JPG
    et son homme.
    Vous pouvez donner à l'un ou l'autre, c'est tout pareil.
    -
    Celle-là, c'est pour Madame
    P1040398.JPG
    Vous verrez elle a une BAL de luxe, mais elle l'ouvre que quand il pleut pas.
    Si vous pouvez y aller un jour où il fait beau...
    -
    Celle-là, c'est pour la
    P1040399.JPG
    Vous n'avez qu'à l'accrocher au bord de la mare s'il n'y a personne,
    elle la trouvera en rentrant.
    Attention, elle est toute chaude pleine de soleil.
    -
    Celle-là, c'est pour
    P1040400.JPG
    la terrienne.
    Partout sur le globe elle est chez elle,
    je vous fais confiance pour la trouver.
    -
    Et celle-là, ah ben celle-là c'est pour
    P1040401.JPG
    Je lui donnerai moi-même, je la vois bientôt...
    -
    Tout s'est bien passé.
    La dame a tout pesé soupesé,
    elle a donné les timbres,
    Lucette les a léchés, collés,
    et elle a tout mis dans la grande boîte jaune.
    La dame lui a prêté un escabeau parce qu'elle arrivait pas jusqu'au trou!
    Et pi voilà,
    on est rentrées à la maison.
    Sur le chemin je lui ai acheté une glace, fraise pistache,
    parce que je la sentais toute chose
    de laisser partir toutes ses copines.
    Moi aussi ça me fait tout drôle.
    Vivement qu'on en ai d'autres à faire,
    hein Lucette!
    Biz.
  • les joies de la montagne (3)

    D'aucuns vous diront

     c'est super la montagne,

    P1040213.JPG

    on s'éclate,

    P1040210.JPG
    c'est trop top,
    P1040077.JPG
    Moi je dis: avant de réserver, lisez quand même jusqu'au bout.
    On n'est jamais trop prudent.
    -
    Pour profiter des joies de la montagne, kiladit Monsieur Boitémoi, faut se lever tôt.
    IMG_0001.jpg
    Le principe, c'est de monter tout là-haut,
    pour redescendre tout en bas. C'est bête.
    IMG_0002.jpg
    Sur le dos on met un sac.
    Dans le sac on met le pique nique et 40 pulls au cas où.
    IMG_0003.jpg
    On monte, on monte.
    Au bout d'une demi-heure,
    c'est plus des doigts qu'on a au bout des mains,
    mais des énormes saucisses
    qui n'attendent plus que leur pot de moutarde.
    -
    Au bout d'une heure,
    c'est plus des pieds qu'on a dans les chaussures,
     mais des fers à repasser branchés au maxi, vapeur à fond.
    On pourrait penser que la vapeur aide à l'ascension, en fait ça la retarderait plutôt.
    IMG_0004.jpg
    -
    Au bout de 2 heures, c'est plus le pique nique qu'on a sur le dos,
    mais un troupeau d'éléphants collectionneurs des plus gros cailloux de la montagne.
    IMG_0005.jpg
    Au bout de 3 heures, on n'est même plus en état de penser ni d'écrire quoi que ce soit.
    Dessiner, j'y pense même pas.
    Je veux pas vous offrir un spectacle d'horreur, déjà que la Kate elle m'a prise en photo...
    -
    Enfin bon gré mal gré on arrive tout en haut.
    Autant la montée était plutôt solitaire,
    autant on se retrouve soudain dans l'ambiance plage sans la serviette,
     défendant bec et ongle à grands coups de carte IGN son mètre carré de caillou.
    IMG_0006.jpg
    Bon.
    Voici l'heure tant attendue du pique nique.
    -
    Option n° 1:
    C'est en général à ce moment que les premiers nuages commencent à arriver, véhiculés par une douce brise.
    On passe alors en quelques secondes de l'état de pierrade prête à abattre un steak à l'état de glaçon transi au fond du congélo.
    C'est là qu'on sort les 12 pulls, qui entre temps se sont imprégnés de l'odeur de pâté du bon sandwiche qu'on s'est préparé.
    -
    Option n°2:
    L'alpage bucolique, où à peine le sac entrouvert,
    des milliards de mouches - mouchus vulgarus maxi chiantus -
    viennent partager avec vous le repas.
    -
    IMG_0008.jpgIMG_0007.jpg
    Option n°3:
    le rêve.
    Fait ni trop chaud ni trop froid.
    Le paysage devant vos yeux se déroule dans une subtile harmonie.
    Vous avez trouvé le rocher qui s'adapte juste à la forme parfaite de vos augustes fesses.
    Quelques nuages, mais bon...
    Vous dégustez la viande des grisons avec les doigts,
    les carottes (toujours meilleures en altitude,
    c'est connu)
    et soudain la cata:
    coup de tonnerre.
    Alors on redescend darre darre avec au fond du sac
    le délicieux sachet de Kellougs à 99 calories
    qu'on n'a même pas eu le temps d'avaler.
    C'est qu'en montagne
    on rigole pas avec les orages
     il a dit monsieur Boitémoi.
    -
    Quelle que soit l'option retenue, il faut maintenant redescendre.
    A l'état d'enclume de vos 2 pieds s'ajoute 2 genoux devenus soudain 2 énormes ballons de plage.
    IMG_0009.jpg
    Inutile à partir de là d'essayer de les plier,
    il faudra sautiller, ou ramper,
    à chaque marche intempestive ou caillou têtu planté au milieu du chemin.
    Et Dieu sait qu'il y en a .
    -
    Et enfin, on arrive.
    Les 2 pompes dans le coffre,
    les pieds rouges écarlates qui s'étalent dans les sandales,
    le bonheur.
    -
    Voilà.
    Bon, après, si vous voulez y aller quand même,
    tout là-haut,
    vous pourrerz pas dire qu'on vous a pas prévenus.
    A bon entendeur...
  • Les joies de la montagne (2)

    Parenthèse: d'abord un mouton n'est pas bête, un mouton est un mouton. Il est fait pour ça, comme moi pour vous embêter tous les soirs à 20 h 20, chacun sa croix. On a croisé pas mal de bergers complétement seuls à plus de 2500 m, même une femme. Moi je dis chapeau! C'est comme la grenouille: moi j'étais super fière d'avoir pu la photographier. On était tout seuls avec elle près d'un minuscule lac, visiblement on dérangeait. Elle nous a observés au moins un quart d'heure parfaitement immobile puis elle a décidé qu'on avait pas l'air trop dangereux. Alors elle a vaqué à ses occupations.  C'est pas marrant la vie de grenouille. Vous n'imaginez pas le nombre de papillons qu'elle a essayé de gober sans succès. Quand elle ouvre la bouche, ça fait un éclair tout rouge, comme une éclaboussure, c'est magnifique. Mais ça j'ai pas réussi à le mettre dans la boîte, trop rapide! Pareil pour le lézard, mais lui c'est plutôt les criquets qui l'intéressent. J'ai même vu un serpent, bu! Comme au retour, on est passés par la Bourgogne, petite route. D'un coup dans un virage un énorme faucon sur un poteau, à peine à un mètre, nous fixait de ses yeux noirs. Impressionnant, vraiment. J'ai eu que le poteau.

    Et ensuite si Lucette est patiente moi aussi je le suis (avec elle). Je vous dis pas tout.De toute façon je vais finir par plus rien dire du tout parce que personne me croit jamais, tout le monde me traîte de menteuse. Ca finit par me faire douter: me mentireus-je?... Bénédicte, t'es pas non plus obligée de raconter à toute la blogosphère que quand je prépare une note, un coup sur deux, j'oublie de programmer la date. Je te dis pas la panique quand je m'en aperçois, un jour je vais y rester c'est sûr. Mais bon, quand on me traîte de pépite, ça me rend indulgente...

    Merci ma Kate, pour une fois tu me défends. T'auras un Marcel à Noël si tu continues à être sage.

    Madame Fleur de lis, quand même, quand tu enfermes tes filles, tu devrais noter quelque part où. Tu sais, un postit sur le frigo, c'est vite fait. Ou alors tu prends une carte de la région et tu mets une punaise, t'as qu'à prendre une couleur par fille, quand même ça sera mieux.Pauvres petiotes abandonnées dans la torride garrigue.

    Madame Anne, j'ai rajouté le n° 15 dans la chemise bleue, derrière le 14. Tout baigne.Quand je vais m'y mettre, ça va faire mal, je te dis que çà. Je ne me remets toujours pas de tes épisodes complétement déjantés alors que comme ça tu as l'air d'une vraie dame super sérieuse, chui sûre que même tu mùets des chaussures à talons! C'est trop drôle (tes bouts de nains d'histoires, pas les talons)!

    Ele a raison Lorencel: le blog de Besançon, il est où? Hein l(Anne sophie? Tu ferais mieux de bosser au lieu d'insulter les moutons. Et me dis pas que t'as pas trouvé Yoyo la marmotte, t'as bien vu, ça prend pas.

    Et enfin ben non que vous me saôulez pas, quelle drôle d'idée!Vous me faîtes vivre plutôt.

    Bon ben je crois que c'est tout.

    J'arrête avant que l'autre saute encore, l'air de rien tout ce jaune ça fait deux fois que je le tape. Remarquez si ça saute encore ça vous évitera de le lire, mais bon.

    -

    Et puis en pleine nuit ça m'est revenu, allez savoir pourquoi.

    Bon sang mais c'est bien sûr!

    Les marmottes ça vit dans les TROUS!

    Et nous voilà reparties à la recherche du trou de Yoyo,

    à la tracotrou en quelque sorte,

    moi devant avec le lasso et la lampe frontale,

    et Lucette derrière qui pour tout dire avait un peu la trouille.

    Oh qu'elle me dit, regarde là, y a un trou!

    P1040065.JPG
    Ah oui ma belle, mais ça c'est un trou d'arbre.
    Ah bon mais à quoi ça sert?
    Ben... à mettre les branches.
    P1040283.JPG
    Oh et là regarde, y a un autre trou!
    Ah oui mais là, c'est pour mettre des balles et après on les retire.
    Ah bon?
    Mais pour quoi faire?
    Ben tu vois bien, y a un trou, faut bien en faire quelque chose, alors on y met des balles.
    Un point c'est trou.
    P1040252.JPG 
    Oh et là regarde!
    Ah oui mais là, c'est un trou de vue.
    Un trou de vue?
    Oui, comme ça on la regarde pas trop à la fois la vue, on l'use pas.
    P1040113.JPG
    Oh et là!
    Non là, c'est un trou de clé.
    Ah bon mais pourquoi?
    Ben pour boucher le trou!
    Mais pourquoi qu'on fait un trou si c'est pour le boucher?
    Rgnegnegnegne...
    Oh regarde, encore un trou!
    P1040219.JPG
    Oui Lucette, ça c'est un trou d'eau.
    Ah oui je sais, crie Lucette, c'est pour ranger les poissons!
    Oui c'est ça, c'est ça.
    Oh regarde, maman Boitémoi, encore un trou!
    P1040177.JPG
    Incroyable!
    Avec son bol, elle avait fini par trouver!
    A partir de ce moment, nous installâmes un tour de veille, nous relayant sans relâche jour et nuit pour traquer Yoyo.
    Epuisant. Mais tellement intense.
    Des moments inoubliables.
    Pourtant au fil des jours notre patience s'émoussa, nous fûmes prises de quelques doutes.
    Et si la Yoyo était partie en vacances au Grau du roi?Enfin ce fut le dernier soir. 
    On rangeait les valises dans le coffre à coups de pelleteuse parce que ça avait un peu de mal à rentrer,
    peut-être que finalement j'avais pris quelques changes de trop.
    D'un coup la voilà qui déboule
    P1040132.JPG
    non, pas elle, ça c'est sa cousine.
    Elle:
    P1040139.JPG
    Yoyo la marmotte, en personne.
    300 Giga Mo, des pixels tu les comptes même plus,
    haut débit turbo, diesel super proppre qui salit même pas,
    le must du must, le top du top,
    le rêve.
    Je lance le lasso,
    je la chope par la queue, je la montre à ces messieurs,
    et je crie à Monsieur boitémoi, pendant que Lucette calme l'animal affolé:
    Vite, vite, l'ordi!!!!
    Et là, vous savez ce qu'il répond, monsieur Boitémoi le nez dans le coffre?
    Ah non, il est tout au fond sous les valises, moi je ressors pas tout.
    -
    Voilà.
    Voilà comment on râte ses vacances.
    Voilà pouquoi nous vous laissâmes si longtemps sans nouvelles, abandonnées,
    au bord du gouffre,
    à deux doigts de commettre l'irréparable (quand même Kate elle a eu chaud aux fesses!)
    Mais c'est promis juré, plus jamais on le fait.
    -
    Bonne nuit.